Rechercher
  • Théo Picques

Comment la crise sanitaire va changer notre mode de travail




Abstract

  • La crise sanitaire de 2020 a chamboulé l'ordre social et nous pousse à repenser nos modèles de travail

  • L'impact de cette crise est multiple : présence physique diminuée sur le lieu de travail, essor de la communication par écrans interposés et sociétés poussées à l'innovation

  • Plusieurs solutions s'offrent alors à nous : le télétravail en premier lieu, mais aussi et surtout les espaces de coworking, une nouvelle tendance qui se dessine dans tous les secteurs

Comment la crise sanitaire va changer notre mode de travail

Le monde change. Et particulièrement celui de l'emploi et du travail.

Le "monde d'après la crise" est sur toutes les langues, cependant il est à parier que ce changement ne sera pas aussi drastique qu’attendu. Il y aura un avant et un après Coronavirus, c'est certain, toutefois il ne s’agira pas d’un basculement mais plutôt une transition graduelle.


Et vous l'avez sûrement déjà deviné, elle a déjà débutée.


A ce jour rien n'est fixé et il existe de nombreuses solutions innovantes à expérimenter dans ce contexte. C'est notamment le cas du télétravail, en particulier hébergé dans des espaces de coworking de proximité, qui a déjà commencé à se développer considérablement.


Essayons de voir ensemble comment la crise actuelle va transformer notre rapport à l'entreprise, va modifier nos méthodes de travail, mais aussi altérer toutes nos habitudes.



Des Gilets jaunes au Coronavirus

Même si le Covid-19 peut être considéré comme l'un des principaux éléments déclencheurs de la crise que l'on connaît, il semblerait que celle-ci ait commencé un peu plus tôt.


En effet, l'angoisse des Gilets jaunes avait déjà débouché sur un bouleversement majeur et un constat basique en est ressorti : les français ne supportent plus les conditions actuelles du monde du travail.


En se décentralisant des villes vers leurs périphéries, les citoyens des métropoles montrent une volonté de vivre plus sainement, éloignés du brouhaha perpétuel de la cité.


Ce processus amène cependant de nombreux problèmes : trajets domicile-travail plus longs, embouteillages, stress. Et tout cela, sans même considérer l'impact négatif de telles habitudes sur l'environnement.


La société a évolué et les contestations des manifestants, notamment sur le prix de l'essence, puis sur les modalités de l'emploi, font preuve d'un intérêt croissant pour un véritable renouveau de notre façon d'appréhender le travail.


Et ce changement s'est fait de façon sous-jacente. Il n'y a pas eu de changements de fonctionnement. Il n'y a pas eu de lois véritablement impactantes sur le quotidien des manifestants.


En revanche, la façon de penser des patrons comme des salariés a totalement changé.

Plus responsables, plus soucieux des conditions de travail des employés, plus aptes à accepter des compromis, les chefs d'entreprise commencent alors à prendre en compte l'aspect social bien plus qu'auparavant (cf. bilan RSE).


Cette véritable révolte sociale a bouleversé l'esprit de la quasi-totalité de la population, quelle que soit sa situation.


Et c'est début 2020 que le Covid-19 est venu mettre un coup de pied dans la fourmilière.

Il est la continuité directe de ce qu'a commencé la contestation des Gilets jaunes. En mettant à l'épreuve nos capacités à remodeler notre système, le confinement nous a poussé dans nos retranchements et nous avons été obligés de revoir notre façon de communiquer au sein même de l'entreprise.

L'impact de ces crises sur le travail moderne

Le travail moderne repose sur un levier principal : la présence physique sur son lieu de travail.

Quel que soit le secteur, et même en travaillant derrière un bureau, les sociétés imposent à leurs salariés de se présenter physiquement au sein de leurs locaux.

Et cette façon de faire était logique. Il fallait que l'employeur puisse communiquer rapidement et en direct avec ses salariés. Il fallait aussi qu'un système hiérarchique fiable puisse agir efficacement. Le contact réel était ainsi presque obligatoire.Mais ce n'est plus le cas.

Le télétravail a commencé à s'imposer dans énormément de milieux différents. Au départ pour compenser les soucis de déplacement des employés liés aux manifestations, puis ensuite pour palier au confinement total.

Le résultat ? Les sociétés ont été contraintes de rapidement trouver une méthode de travail à distance tout aussi efficace que la précédente.

Et beaucoup se sont alors rendus compte qu'il était possible d'être parfois encore plus performants. Le télétravail offrait de nombreux avantages concrets et permettaient aux salariés de produire une quantité de labeur similaire, avec plus de simplicité.

Le télétravail comme solution ?

On l'a vu très récemment, les solutions de conférence en ligne et de communications vidéos ont explosé.

Zoom, Skype, Whatsapp ou encore Google Hangouts ; toutes ces plateformes en ligne sont devenues de véritables points de rencontre et de réunions, où chaque individu d'une entreprise échange et communique avec l'autre.

Le télétravail s'est accéléré et s'est imposé, avec ses multiples bénéfices :

  • Un contrôle efficace de son emploi du temps

  • Une hausse globale de la productivité

  • Une diminution de la pollution, les salariés n'ayant pas à se déplacer vers leur lieu de travail quotidiennement

  • Une liberté totale, qui permet à l'employé de personnaliser son expérience du travail, et d'ainsi être plus épanoui dans celui-ci

Bref, les changements sont nombreux, et ils sont pour la plupart positifs.


Oui, pour la plupart.


Parce qu'il existe tout de même des points qui font tâche. Et on constate alors que mettre le télétravail sur un piédestal n'est pas forcément la chose la plus pertinente à faire.


Les manquements du télétravail


Le télétravail poussé à l'extrême devient une véritable plaie pour les salariés. Ses avantages, comme la liberté d'action et la rentabilité, se retournent contre lui.


Et on peut citer de nombreux défauts, tels que :

  • Une connexion sociale inexistante, avec une large partie de la population coupée physiquement des autres

  • Une difficulté pour les travailleurs à distinguer leur vie privée de leur vie professionnelle, ce qui peut détruire l'équilibre vie pro/vie perso

  • Un espace de travail parfois réduit, avec la présence de la famille (ou des enfants) qui peut déranger

  • Un sentiment d'isolement, qui peut déboucher sur une déprime passagère ou, pire, une dépression

On voit donc que le télétravail n'est pas non plus la solution miracle que le monde attendait.

Il est bien trop exclusif et représente une alternative temporaire, et non définitive. Il est alors aisé de constater que la réorganisation du travail, attendue par tous, se fera de façon différente.


Et ici, il semblerait qu'une réponse plus engagée, plus sociale, plus efficace, ait été trouvée.

Et cette solution, c'est le coworking.



L'espace de coworking : la réponse à tout cela ?


Avant toute chose, il est important de définir ce qu'est un espace de coworking.


Le concept est assez simple en réalité. C'est tout simplement un espace professionnel partagé avec d'autres travailleurs qui, comme vous, se rassemblent dans un lieu commun.


Le but ? Encourager l'échange et la communication entre des salariés de secteurs proches ou radicalement différents.


Chaque espace de coworking a son propre fonctionnement, mais ils reposent tous sur 3 idées principales : la coopération, l'ouverture et la créativité.


Le coworking de proximité est une véritable innovation managériale. Il a commencé à se démocratiser en 2005 aux États-Unis (San Francisco), avec la volonté générale des salariés d'évoluer dans des milieux mêlant la convivialité et l'échange.


Depuis, les espaces de co-travail se sont démultipliés, mais sans jamais réellement toucher la majorité.


Aujourd'hui, cette solution se présente comme une alternative ultra-crédible, qui va permettre aux employés comme aux employeurs de travailler plus efficacement.


Pour les uns, il permet d'être proche de ses collègues, pour les autres, de développer sa marque employeur en créant des possibilités pour les salariés.


Plus concrètement, l'espace de coworking offre de nouvelles perspectives, comme :


Une proximité avec le domicile C'est le coeur et le principe même de ce genre d'espaces. Des bureaux conjoints, de taille variable, ouverts et, surtout, accessibles rapidement depuis le lieu d'habitation des travailleurs.


Ici, l'avantage est multiple : gain de temps, impact écologique bénéfique en n'utilisant pas la voiture et économies sur l'essence ou les transports pour le salarié.


Le salarié nomade acquiert alors une mobilité totale et son trajet domicile-travail n'est plus un poids journalier qui gâche son temps.


Il évite les longues minutes d'attente dans les bouchons et obtient un cadre de travail cohérent.


* Une accessibilité et une adaptabilité totales


Les espaces de coworking permettent de réserver très peu de temps à l'avance (voire de ne pas avoir à réserver du tout) pour la durée désirée et pour le nombre de personnes voulues.


C'est un atout parfait pour s'ajuster au quotidien fluctuant de certains employés et permet ainsi d'ajuster son lieu de travail à son train de vie, et non l'inverse. * Une productivité boostée L'environnement motivant et agréable des espaces de coworking permet d'engendrer un cercle vertueux : plus vous voyez des gens motivés et travailleurs autour de vous, plus vous serez enthousiastes et productifs dans votre travail.


Le bien-être au travail est décuplé et les employés deviennent alors plus performants. * Réduction du foncier d'entreprise D'après certaines études, le coworking permet d'économiser jusqu'à près de 40 % sur le foncier d'entreprise. C'est un avantage non négligeable pour les gérants de tout bord.


Vers le changement...


On constate donc un basculement rapide mais graduel vers un monde plus émotionnel. Le sens d'une action, d'une tâche, d'un travail, deviendra central dans la société de demain.


Le but du travail ne sera plus de s'enfermer dans un quotidien rébarbatif, en ayant l'impression de ne rien apporter au groupe.


Chaque emploi deviendra utile et aura un intérêt plus "humain". En effet, c'est bien là le point crucial de tous ces changements : revaloriser l'humain dans une société automatisée, où la personne était vue comme un objet interchangeable.


En délocalisant les employés du siège social et en leur permettant de se rassembler en petits groupes de travail, cela permettra à la fois une optimisation des coûts et des charges mais aussi et surtout une QVT (qualité de vie au travail) bien meilleure.


Le nomadisme va progressivement devenir la norme et nul doute qu'un changement des moeurs et de nos habitudes de travail suivra pour se conformer à cette réalité.

© 2018 - 2020 by Clockwork, SASU au capital social de 20.000 €
- immatriculé au RCS de Lille métropole sous le numéro 833 283 724