Rechercher
  • Théo Picques

Les limites du télétravail


Un nouveau mode de vie plus bénéfique que néfaste pour le salarié ?


Pendant près de 2 mois la France s’est mise au télétravail forcé, après une première phase “test” durant la période de grève du début d’année.

À l’heure du bilan, que penser de cette nouvelle organisation ? Qu’est ce qui a fonctionné ? Qu’est ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi ?


Il y a quelques mois encore, accorder 1 ou 2 jours de télétravail à un candidat à l’embauche représentait un avantage compétitif indéniable pour les entreprises, modernisant leur image et renforçant ainsi le sentiment de confiance. 


Avec le confinement, cet avantage s’est parfois transformé en punition collective, générant des problématiques de stress, d’isolement et de cohésion, de par son caractère obligatoire et sa durée. En particulier quand l’organisation ne le pratiquait pas de manière régulière et n’y était pas préparée ! Car la mise en oeuvre du télétravail se prépare et s’accompagne : management par livrables et objectifs, autonomie des salariés (et des décisions), management par la confiance, outils collaboratifs, etc.

L’heure du bilan a sonné et la généralisation du télétravail semble au rendez-vous. Le confinement s’avère confirmer l’heure de la maturité pour ce nouveau format de l’organisation du travail. 


Afin d’illustrer nos propos, nous nous sommes basés sur une étude réalisée par le CSA pour Malakoff Humanis en mars 2020.

Quelles sont les limites du télétravail et en particulier le télétravail à domicile ? De ces limites, découle-t-il des solutions adaptées ?


Première limite : la gestion des enfants et de la vie domestique 


Du côté du salarié, les avantages du télétravail sont nombreux :

  • économies sur les frais de déplacement (89%),

  • gain de temps en terme de transport,

  • et une meilleure qualité de vie (93%).


Les salariés sont plus motivés (76%), concentrés et productifs (82%) ; ils dépendent, néanmoins, essentiellement du contexte dans lequel celui-ci travaille. 


C’est une question d’actualité étant donné que 58% des télétravailleurs interrogés par le CSA estiment qu’il est difficile de séparer les temps relevant de la vie privée et ceux de la vie professionnelle.

Ces chiffres sont d’autant plus véritables aujourd’hui. Alors que pour la majorité des Français le télétravail apparaît comme LA solution pour faire face à la crise actuelle, ce dernier n’est pas adapté pour tout le monde.


Confinement oblige, il a fallu pour beaucoup s’adapter à la vie en famille 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Entre vie professionnelle et personnelle, la charge mentale est décuplée et la fatigue se fait sentir… Certains se plongent dans le boulot et d’autres n’arrivent pas à faire abstraction de la vie de famille.


Organisation, planification et anticipation sont les maîtres mots du télétravail. Segmenter sa journée et prendre des temps de pauses permettent de prendre du temps pour soi, du temps pour reposer son esprit.

Plus de secrets sur la concentration et la productivité en télétravail sur notre article de blog “Maximiser sa concentration”.


Deuxième limite : le domicile n’est pas un bureau


Le télétravail à domicile engendre beaucoup de questionnements concernant l’adaptation du lieu de vie à la pratique du télétravail. 

Ce qui parait simple à première vue comme l’installation d’un bureau et d’une connexion internet ne l’est pas pour l’entreprise permettant le télétravail. 


En effet, elle doit surmonter de nombreux obstacles.

44% des entreprises qui ont participées à l’étude Malakoff craignent pour la sécurisation de leurs données lorsque le salarié est en télétravail. 

Difficile pour elles également de connaître les vraies conditions de travail de ses salariés télétravailleurs, ne pouvant facilement contrôler le respect des normes d’hygiène et de sécurité au domicile de celui-ci !

Le métier de manager a donc pris une autre tournure et se présente comme plus complexe à distance selon 47% des entreprises sondées.


Troisième limite : l’isolement du collectif et la complexité de communication


Effectivement, seul à son domicile (même si c’est excellent pour la concentration), le télétravailleur peut avoir un sentiment d’isolement et durant cette quarantaine, un manque cruel de lien social s’est fait sentir.

De plus, communiquer à distance pose certains problèmes liés à la communication. C’est impossible à travers une discussion à l’écrit de percevoir les sentiments, l’état d’esprit de la personne en face. Des conclusions hâtives peuvent facilement mener à des tensions.


Afin de palier à ces problèmes, il faut travailler deux leviers : le sentiment d’appartenance et la communication bienveillante. Et c’est encore au manager de repenser son dialogue avec ses équipes.


Enfin, tant pour l’employeur que pour le CHSCT (le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), le télétravail présente un risque pour évaluer si le salarié respecte ou non ses horaires (49%), que ce soit dans le sens d’une ineffectivité du télétravail ou d’un risque de burn-out. À ce regard, les derniers chiffres en sortie de confinement sont éloquents, avec 1 télétravailleur sur 5 en situation de profond mal-être !


Le coworking de proximité, les avantages du télétravail sans les inconvénients de le faire chez soi ?


Si travailler de chez soi paraît difficile et que travailler au bureau n’est plus possible, les espaces de coworking près du domicile semblent proposer une alternative intéressante à terme. 

La proximité du domicile du salarié permet de retrouver la plupart des avantages classiques du télétravail (gain de temps, économies sur les transports, etc.) tout en proposant un cadre adapté à l’exercice d’une activité professionnelle : 


  • des équipements de qualité

  • un respect de l’équilibre vie privée / vie professionnelle

  • une rupture de l’isolement du télétravailleur 

  • le tout dans un espace dédié au travail, qui vient conforter la relation managériale


En période de déconfinement, cette solution semble d’autant plus adaptée qu’elle propose un entre deux entre le télétravail à domicile et l’engorgement des axes de communication lié aux trajets domicile-travail.


Pour résumer, du côté de l’entreprise, le télétravail c’est : réduire le nombre de bureaux et de la surface des locaux, un taux d'absentéisme moins élevé (51%), des salariés plus responsables et autonomes (75%), une activité qui continue même en temps de crise et une meilleure image de la marque employeur (73%).


Enfin, l’utilisation des espaces de coworking de proximité pour l’accueil de salarié télétravailleurs permet également de dégager d’autres externalités positives :

  • Redynamisation des économies locales en permettant aux commerces de proximité de capter une partie de la valeur créée par les télétravailleurs

  • Développement d’une culture de l’innovation au sein de l’entreprise, en permettant aux salariés de se mélanger aux communautés natives des coworkings (entrepreneurs, indépendants, startups, etc.)


Au Clockwork, nous avons la conviction que le télétravail en coworking de proximité peut devenir un argument fort de marque employeur, facteur d’innovation et d’agilité dans les entreprises !

À tel point que nous avons développé Mobee un nouvel outil permettant aux entreprises d’en faciliter l’accès à leurs salariés !


Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter ou à nous rendre visite au 38 boulevard Carnot pour en discuter autour d’un café !

© 2018 - 2020 by Clockwork, SASU au capital social de 20.000 €
- immatriculé au RCS de Lille métropole sous le numéro 833 283 724